jpv_495

© Sophie Carles

 

C’est en 2002 que débute mon parcours de thérapeute. Un grand virage dans mon chemin de vie!Après l’industrie puis le commerce, je me retrouve propulsé dans « le monde du bien-être et de la thérapie ». Débute alors une nouvelle vie marquée par 10 ans de massage en centre de balnéothérapie accompagnées de nombreuses formations : 2 complètes en shiatsu professionnel, d’autres en Amma Assis, aromathérapie, olfactothérapie, soin énergétique… et je m’arrête là car en fait depuis je n’ai jamais cessé de découvrir et d’expérimenter.

Ma quête m’a amené à comprendre que nos maux peuvent aussi nous avoir été transmis par nos chers ancêtres, j’ai découvert les constellations familiales et systémiques et je me suis formé.

Aujourd’hui avec Chantal ma compagne nous animons des constellations de groupes ainsi que des séances individuelles.

Au cours de ces années, j’ai vu mes ressentis s’affiner et j’ai appris à leurs faire confiance. La méditation, le yoga et les Arts Martiaux me guident encore sur ce chemin de l’énergie. Et comme rien n’est constant si ce n’est le changement (Bouddha), aujourd’hui je suis poussé vers un travail plus subtil des énergies. C’est en tant qu’énergéticien magnétiseur que mon parcours se poursuit.

Oui la vie n’est pas un long fleuve tranquille, je l’atteste, mais c’est tout de même plus facile de nager dans le sens du courant !

Alors pourquoi résister à ce qui me passionne depuis toutes ces années : vous savoir heureux et en bonne santé…

Depuis 2011, j’interviens également en tant que formateur en milieu hospitalier :  EPHAD, CHU et centres spécialisés. j’enseigne le toucher massage, la méditation, comment prendre soin de soi, ainsi que la self défense.

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
En aucun les séances ne se substituent à la médecine traditionnelle. Le praticien ne pose donc pas de diagnostic et ne prescrit pas de médicament.
Même si les séances apportent un mieux être, en aucun cas la personne traitée ne devra arrêter un traitement ou en diminuer la posologie sans l’avis de son médecin.